Le site de l'Agence de presse sénégalaise (www.aps.sn) est en tête des 20 portails sénégalais les plus visités, selon un classement effectué en décembre 2010 par le cabinet International Communication (INTERCOM). Cliquez ici pour lire l'article....................................................................................................................................................................Agence de Presse la plus utilisée dans les mediats en Afrique de l'Ouest francophone selon une étude de l'organisation internationale de la francophonie rendue publique en Septembre 2005 à Ouagadougou
PUBLICITE
 
 
 
 

 

SENEGAL-SOCIETE

Une juriste prône la réglementation de la polygamie

2013-02-06 20:35:36 GMT

Dakar, 6 fĂ©v (APS)- Me Fatoumata Guèye, SecrĂ©taire gĂ©nĂ©rale de l’Association des femmes juristes du SĂ©nĂ©gal (AJS), a estimĂ© mercredi Ă  Dakar qu’il faut modifier le Code de la famille pour rĂ©glementer la polygamie afin d'arrĂŞter le ‘’dĂ©sĂ©quilibre et l’insĂ©curitĂ©’’ qu’elle cause dans les familles.

‘’Nous voulons que le lĂ©gislateur exige le consentement de la première Ă©pouse dans le cadre de la cohabitation et d’autres facteurs quand le mari veut prendre une seconde Ă©pouse. Il faut aussi s’assurer que le mari dispose suffisamment de moyens pour entretenir ses Ă©pouses’’, a dit Me Guèye.

La SecrĂ©taire gĂ©nĂ©rale de l’AJS s’exprimait au cours d’une table-ronde sur ‘’La polygamie au SĂ©nĂ©gal : L’Ă©volution, les formes et les perspectives’’ organisĂ©e par le Laboratoire de l’imaginaire de l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN).

‘’Au sein de l’AJS nous avons jugĂ© nĂ©cessaire qu’il y ait une modification dans le Code de la famille en s’inspirant du Code de certains pays très progressistes pour la protection de la famille’’, a-t-elle dĂ©clarĂ©.

Selon Me Fatoumata Guèye, ‘’la polygamie est souvent source de dĂ©sĂ©quilibre et d’insĂ©curitĂ© dans la famille. Elle est Ă  l’origine de pratiquement tous les maux de la famille’’. C’est pourquoi, a-t-elle ajoutĂ©, ‘’nous plaidons Ă©galement que l’option monogamie de l’article 116 du Code de la famille soit appliquĂ©e quant le mari s’abstient de choisir’’.

Selon l'article 116, c'est l'officier d'Etat-civil qui recueille l'option de monogamie ou de de limitation de polygamie.

Abordant l’aspect religieux du sujet, Babacar Samb, chef du DĂ©partement d’arabe DE l’UniversitĂ© Cheikh Anta Diop de Dakar, a relevĂ© que contrairement aux diffĂ©rentes interprĂ©tations des textes islamiques, l’Islam n’encourage pas la polygamie.

‘’La lĂ©gislation islamique a posĂ© beaucoup de contraintes quant-il s’agit de prendre une deuxième Ă©pouse ou plus. Et la plus contraignante reste le fait que le mari doit rĂ©server une Ă©galitĂ© de traitement Ă  toutes les femmes et aux diffĂ©rents enfants, ce qui est loin d'ĂŞtre le cas dans l'Ă©tat actuel des choses’’, a-t-il expliquĂ©.

Le professeur Babacar Samb a par ailleurs invitĂ© les autoritĂ©s sĂ©nĂ©galaises Ă  Ă©tablir une enquĂŞte au niveau judiciaire et dans les mosquĂ©es avant que l’homme ne prenne une seconde Ă©pouse afin de prendre en compte les contraintes d’espace et de moyens financiers.




SDI/OID

 

Quelles solutions ?
Avis
Contributions
Articles