La COVID-19, toujours, et l’affaire des oryx, sujets en exergue
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La COVID-19, toujours, et l’affaire des oryx, sujets en exergue

Dakar, 11 juil (APS) - L’impact de la COVID-19 sur l’économie nationale, le secteur du tourisme en particulier, comptent parmi les sujets les plus en vue de la livraison du week-end des quotidiens, laquelle aborde par ailleurs d’autres questions liées par exemple aux critiques visant depuis quelques jours le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall.
 


Le Soleil relaie les "craintes" du patronat du secteur de l’hôtellerie relativement aux conséquences de la COVID-19 sur leurs activités, en soulignant que "246 milliards de FCFA (ont été) perdus en trois mois" par ce secteur. 

 
S’y ajoute que "10 sur 15 milliards de FCFA du crédit hôtelier (ont été) déjà décaissés", indique le journal selon lequel la Fédération des organisations patronales de l’industrie hôtelière du Sénégal (FOPITS) "n’est pas optimiste quant à une sortie de crise de sitôt".
 
Aussi le patronat demande-t-il "à l’Etat de renforcer son soutien et aux employés de faire preuve de compréhension", souligne Le Soleil. Mais si l’on en croit Walfquotiidien, le tourisme et l’hôtellerie se trouveraient d’ores et déjà "au bord de l’abîme".
 
"Il fait partie des activités économiques les plus sinistrées", note ce journal en parlant du tourisme et de l’hôtellerie, secteur qui "a enregistré une baisse de 246 milliards de francs de son chiffre d’affaires" en trois mois de crise sanitaire liée à la COVID-19.
 
Au sujet justement de cette pandémie, Vox Populi rapporte que l’Eglise sénégalaise "garde ses portes closes et craint une seconde vague de contaminations et un reconfinement".
 
Le journal se fait l’écho de déclarations de l’archevêque de Dakar, Mgr Benjamin Ndiaye, au sujet de l’évolution de la pandémie : "La situation actuelle ne milite pas en faveur d’une ouverture immédiate de nos églises pour le culte".
 
"La danse macabre", affiche le journal Enquête, sur un sujet connexe à la COVID-19. Le journal rappote que dans la région de Dakar, les centres d’état civil "révèlent une recrudescence des mort-nés et des décès à domicile". 
 
Une augmentation du nombre de décès habituellement recensé qui "ne pourrait cependant pas être directement liée à la pandémie de la COVID-19", précise cependant le journal.
 
Plusieurs journaux, dont Le Quotidien, reviennent sur une affaire d’oryx qui place le ministre de l’Environnement au coeur de l’actualité depuis quelques jours, Abdou Karim Sall ayant "outrepassé les règles du couvre-feu" pour transférer de la réserve de Katané, à Ranérou (nord-est), 6 gazelles oryx dans sa réserve personnelle.
 
La mort de certaines de ces gazelles a mis l’opinion en émoi, au point que des élus locaux de Ranérou ont "exigé" que ces bêtes soient restituées. "La tête du ministre Karim Sall mise à prix", renchérit Walfquotidien.
 
Selon le journal, la plateforme "Avenir Senegaal bi nu begg" demande au chef de l’Etat de "limoger immédiatement sans délai son ministre mis en cause dans cette affaire des gazelles oryx".
 
L’Observateur en remet une couche, en qualifiant M. Sall de "garçon la gaffe" du gouvernement sénégalais. Il ne se fait pas prier pour lister les "écarts" du ministre de l’Environnement et du Développement durable depuis qu’il a été porté à la tête de ce département.
 
Abdou Karim Sall, écrit L’Observateur, "s’illustre parfois tristement. De la journée de l’arbre où le ministre s’est présenté en costume, à l’affaire des gazelles oryx, il cumule les +gaffes+".
 
"Mais malgré la rumeur et les crises, ajoute L’Observateur, Abdou Karim Sall reste toujours dans sa posture : celle d’un homme que rien ne semble ébranler".
 
Sud Quotidien conclut un peu dans l’esprit de ces sujets et titre sur les "dissensions et enquêtes de moralité au sein de l’APR", l’Alliance pour la République, le parti au pouvoir. "Les défis du président", affiche ce quotidien à sa une.
 
 
 

BK