Les concertations sur le processus électoral en exergue, l’enquête sur Boffa pas en reste
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les concertations sur le processus électoral en exergue, l’enquête sur Boffa pas en reste

Dakar, 19 jan (APS - Les quotidiens parvenus vendredi à l’APS traitent de divers sujets d’actualité, de la concertation sur le processus électoral aux dernières informations de presse se rapportant à l’enquête sur la tuerie de Boffa, à Ziguinchor (sud).
 
Le quotidien national Le Soleil annonce ainsi l’arrivée à Dakar de quatre experts internationaux pour l’audit du fichier électoral qui démarre lundi selon le journal. "Exigé par l’opposition" suite aux législatives de juillet dernier, "l’audit du fichier électoral va entrer, dès lundi, dans sa phase de concertation", renseigne le journal.
 
Et Le Soleil d’annoncer une révision exceptionnelle des listes électorales du 20 février à fin avril, ajoutant que les autorités "ne désespèrent pas de voir la partie de l’opposition" boycottant ces concertations sur le processus électoral "revenir à de meilleurs sentiments".
 
Walfquotidien, en parfaite contradiction avec la perspective soulevée par le quotidien Le Soleil, affiche : "C’est déjà le clash". Selon le journal, le système de parrainage des candidats à la prochaine présidentielle "risque d’être la pomme de discorde qui a définitivement signé la fin des concertations autour du fichier électoral".
 
L’opposition "ne veut plus entendre parler de cette proposition" et "n’entend pas lâcher du lest sur la question", si bien que l’ambassadeur Seydou Nourou Bâ, le facilitateur de ces concertations compte sur la société civile pour jouer les arbitres et "sauver les meubles", écrit Walfquotidien.
 
"La société civile a jusqu’à mardi pour arrondir les angles des différents pôles en discussion, pouvoir, opposition comme non-alignés", explique le quotidien L’As, confirmant que le parrainage et le bulletin unique "constituent les principales sources de blocage des concertations sur le processus électoral".
 
Dans ce cadre, des organisations de la société civile rencontrent le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye ce vendredi matin, explique le journal Le Quotidien, ces médiateurs devant ensuite "s’entretenir avec chacun des 3 pôles, à savoir la majorité, l’opposition et les non-alignés".
 
Sud Quotidien va un peu plus loin et met carrément les pieds dans le plat. "Avec l’emprisonnement et le procès programmé de Khalifa Sall, l’exil du candidat du PDS Karim Wade, les fissures de Mankoo Taxawu Senegaal minée par une éventuelle candidature de Malick Gackou ou d’Idrissa Seck, quel candidat pourrait avoir l’opposition face au président sortant Macky Sall à la présidentielle de 2019 ?", se demande le même journal.
 
Plusieurs quotidiens reviennent par ailleurs sur l’enquête sur la tuerie de Boffa-Bayotte, où des individus armés ont exécuté au moins 14 personnes dans cette forêt classée du département de Ziguinchor, au Sud du Sénégal, le 6 janvier dernier.
 
Le Soleil annonce que 20 des 22 suspects arrêtés dans cette affaire ont été déférés au parquet, dont le journaliste René Bassène, "lié aux tueurs", selon Libération, faisant état d’indices "graves et concordants qui révèlent le mobile des sordides exécutions".
 
"Les 20 personnes qui seraient impliquées dans la tuerie de Boffa-Bayotte ont été déférées hier sous haute sécurité au Tribunal régional de Ziguinchor. Mais elles ont fait l’objet d’un retour de parquet", précise Le Quotidien.
 
L’Observateur établit un lien entre la tuerie de Boffa et le trafic de bois, en affichant : "Casamance, la vérité en bois de sang". Le journal laisse entendre que le trafic de bois alimente la rébellion et la mafia en Casamance, soulignant que si ce problème avait été pris "beaucoup plus au sérieux", "le pire drame civil de toute l’histoire de la rébellion en Casamance" aurait pu être évité, en allusion aux morts de Bayotte.
 
Enquête enfonce un clou dans la lutte contre le trafic de bois, estimant que l’Etat "se perd dans la forêt", le président de la République ayant annoncé une révision du Code forestier alors que ledit texte "a déjà été révisé". Le journal précise que le projet de décret correspondant, comptant "59 articles, a été élaboré et déposé à la présidence" de la République.

BK/PON