La pluie et ses dégâts, la fronde au PDS à la Une
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

La pluie et ses dégâts, la fronde au PDS à la Une

Dakar, 23 août (APS) – Les dégâts causés par les pluies tombées jeudi à Dakar et à l’intérieur du pays et les remous au sein du Parti démocratique sénégalais (PDS) sont les principaux sujets à la Une des quotidiens reçus vendredi à l’APS.
 
’’Beaucoup d’eau et de dégâts’’, affiche Le Soleil qui note ‘’le réveil difficile des Dakarois’’ et des ‘’centaines de sinistrés à Kaolack’’.
 
’’Le Sénégal se noie’’, dit Sud Quotidien qui indique : ‘’Dakarois et Kaolackois dans le désarroi ; le tunnel de Soumbédioune fermé pendant plusieurs heures ; le transport urbain perturbé à Dakar ; l’office national de l’assainissement, désarmé, indexe le comportement des Sénégalais ; Matam coupé du reste du Sénégal (…)’’.
 
’’Catastrophe !’’’, s’exclame La Tribune au sujet des pluies tombées jeudi à Dakar et à l’intérieur du pays. ‘’Des routes coupées, des maisons submergées par les eaux, des voitures tombées en panne, des embouteillages monstres : tel était le décor dans la capitale et ses environs inondés par les eaux de pluie’’, écrit le journal.
 
’’A Bambilor, dans le département de Rufisque, des constructions ont obstrué certaines voies de passage des eaux de pluie vers les cours d’eau qui alimentent le lac Rose. Ainsi, il n’est pas rare d’assister à des torrents impressionnants sur les rares voies qui restent. C’est dans ces circonstances que deux enfants ont perdu la vie, hier, noyés’’, souligne Enquête.
 
Alors que Macky Sall est à Biarritz (France) en vacances et pour les besoins du sommet du G7 qui se tient ce week-end, le journal Source A relève que ‘’Goorgorlu (est) dans les fosses’’ après les pluies de jeudi. Selon le journal, ‘’les eaux prennent le pouvoir’’ un peu partout au Sénégal.
 
Le quotidien Vox Populi relève que ‘’le Sénégal (est) noyé sous la pluie (alors que) le gouvernement est en vacances’’.
 
Le quotidien Libération souligne qu’en banlieue dakaroise, ‘’les travaux du Train express régional (TER) ont rendu la situation catastrophique. Les populations réclament, vivement, des canalisations’’.
 
L’Observateur parle de ‘’pluies de désolation sur le Sénégal’’. ‘’Pluies de malheurs sur le pays’’ (L’As).
 
Les remous au sein du Parti démocratique sénégalais (PDS) sont également relayés par les quotidiens.
 
Le PDS est en proie à une fronde menée par des responsables dont Oumar Sarr suite au dernier réaménagement du Secrétariat national décidé par le Secrétaire général national Me Abdoulaye Wade. 
 
Cette réorganisation fait la part belle à des figures présentées comme des proches de Karim Wade, qui devient Secrétaire général-adjoint chargé de l’Organisation, de la modernisation et de l’élaboration des stratégies politiques.
 
Au sujet de ces contestations autour du Secrétariat national, Le Quotidien titre : ‘’Nuages sur le PDS’’. Selon le journal, ‘’+frondeurs+ et loyalistes s’affrontent par points de presse ce vendredi’’.
 
Et la publication d’ajouter : ’’Jusqu’ici confronté à des frondes d’une figure du parti, Me Wade fait aujourd’hui face à une défiance menée par plusieurs responsables qui rejettent la composition du nouveau secrétariat national du PDS. Les stratégies déroulées ce vendredi dans son camp comme dans l’autre pourraient dessiner le visage de l’avenir du PDS’’.
 
Selon Walfadjri, ’’la fronde contre Wade et son fils ne va pas durer. Les rebelles vont se ranger ou seront exclus du parti pour +activité fractionniste+, l’arme fatale du patriarche+’’.
 
Parlant de cette situation, Enquête affiche à sa Une : ’’Entre infanticide et parricide au PDS, la sarabande des bannis’’.
 
’’D’Idirssa Seck à Oumar Sarr, Me El Hadji Amadou Sall et consorts, la plupart de ceux qui ont quitté le PDS ont accusé Wade-fils, devenu le parfait bouc émissaire. Pourtant, les mêmes l’ont toujours adulé tant qu’ils étaient dans les bonnes grâces du Maître, prenant même à partie tous ceux qui ont osé s’en prendre au +fils adoré+ qu’ils voulaient porter à la tête du Sénégal’’, écrit le journal.
 
’’Les frustrés du PDS vont-ils enterrer Me Wade vivant après le bouleversement de l’instance suprême du parti libéral ? La bande à Oumar Sarr a-t-elle la légitimité pour s’opposer aux décisions émanant du Pape du Sopi ?’’, s’interroge le quotidien Kritik.
 
Pour ce journal, ’’rénovation ou refondation, les +fils+ de Me Wade divorcent pour l’orientation et l’héritage du Secrétaire général national du PDS’’.


OID/ASB