Connexion

La vitrine du Sénégal

SENEGAL-SANTE

Les autorités sanitaires invitées à renforcer le volet santé communautaire au niveau des districts

Nov. 17, 2022, 3:03 p.m.

Kaolack, 17 nov (APS) – Le Médecin chef du district sanitaire de Kaolack, docteur Ndiéne Seck, invite les autorités sanitaires à renforcer la santé communautaire, notamment à travers les districts ‘’qui sont les antigènes opérationnels en contact avec la communauté’’.

‘’Le système sanitaire gagnerait à fédérer les acteurs communautaires en association autour du poste de santé’’, a-t-il confié lors d’une rencontre d’échange entre les autorités sanitaires de la région médicale de Kaolack et une délégation de l’Alliance Nationale des Communautés pour la Santé (ANCS).

D’après docteur Seck, cela doit se faire sous la forme d’une Organisation communautaire de base (OCB) qui sera formalisée, pour permettre aux Comités de Développement Sanitaire (CDS), dans leurs missions de promotion de la santé, d’appuyer ces acteurs communautaires dans leur tâche.

Il a souhaité également que dans les recettes, des budgets soient dédiés aux activités communautaires. Cela, dit-il, pourrait être une belle réussite si au niveau des postes de santé on arrive à les fédérer en association, au niveau des districts sanitaires, avant de passer au niveau des régions médicales.

‘’L’objectif de cette stratégie sera de mettre en commun tous les acteurs communautaires autour de l’Infirmier chef de poste (ICP) parce que le poste de santé est le premier niveau d’accès aux soins’’, a précisé le MCD de Kaolack.

Tout cela, souligne-t-il, pour dire que la santé communautaire occupe une place importante dans le système de santé si on s’en réfère aux soins de santé primaire dans ses huit composantes où on parle souvent de la promotion de la santé.

D’après docteur Ndiéne Seck, la participation communautaire était déjà un principe des soins de santé primaire et la Covid-19 a montré, à suffisance, que l’engagement communautaire est incontournable pour lutter contre les maladies.

‘’C’est ce que le ministère de la Santé et de l’Action sociale a compris en mettant en place la cellule santé communautaire qui avait élaboré un plan stratégique 2014-2018 et est aujourd’hui à son 2ème plan stratégique’’, a-t-il confié.

‘’Les régions médicales ont suivi, ainsi que les districts avec des points focaux chargés de la santé communautaire au niveau régional, comme au niveau district et qui sont le trait d’union entre nous et les acteurs communautaires’’, note-t-il encore.

Outre les CDS qui ont en charge la gestion des structures sanitaires avec les infirmiers, il y a les sages femmes et les médecins, mais aussi les acteurs communautaires de soins que sont les Agents de Santé Communautaire (ASC) et les matrones qui sont au niveau des cases de santé.

De même, explique Dr Seck, on retrouve dans ce même lot, les Dispensateurs de soins à domicile (DSDOM) qui constituent un maillon important dans la lutte contre le paludisme, les infections respiratoires et la prise en charge des diarrhées.

Selon lui, il y faut même aller plus loin en y incluant les Acteurs de Prévention et de Promotion (APP) constitués par les relais communautaires et les ‘’bajenus gox’’ qui font un excellent travail chez les communautés, ainsi que des praticiennes de la médecine traditionnelle.

 

LTF/MD

Dans la même catégorie